Les Galapagos sont surtout connues pour leur fantastique biodiversité. De ce fait, l’histoire humaine de l’archipel est souvent relayée au second plan. Cependant, à l’instar des îles célèbres de la littérature du XIX ème, cet archipel a suscité de nombreux fantasmes et vécu des épisodes incroyables ! Pirates, colons, prisonniers, hippies et soldats s’y sont succédé, laissant des mémoires très romanesques…

Avant la Conquista

Pour ce qui est des origines, il est difficile de dater l’arrivée de la vie humaine sur l’archipel. Des archéologues y ont retrouvé des céramiques datant d’avant la Conquista espagnole. Mais en l’absence de tombes, de jarres ou de constructions anciennes, il semblerait qu’il n’y ait pas eu de lieux de vie humains à l’époque.

Les Galapagos, découvertes par hasard par un évêque

En 1535, Thomas de Berlanga arrive aux Galapagos alors qu’il naviguait vers le Pérou. Ce religieux dominicain, alors évêque de Panama, se rendait au Pérou pour arbitrer une dispute entre le fameux colon sanguinaire Francisco Pizarro et ses subordonnés, pour le compte du roi d’Espagne. Les forts courants marins auraient alors entraîné son embarcation vers l’archipel des Galapagos, que son expédition nomma ainsi après avoir observé une forte ressemblance entre les carapaces des tortues géantes qu’ils croisèrent et un type de selle à cheval espagnol nommé « galapago ».

Un refuge pour les pirates

Les Galapagos commençèrent à apparaître sur les cartes géographiques autour de 1570, sous la plume d’Abraham Ortelius et de Mercator. Mais ceux qui développeront réellement une cartographie approfondie de l’archipel ne sont autres que…des pirates! Nombreux étaient en effet les pirates anglais qui utilisaient les Galapagos comme refuge, au cours de leurs expéditions de pillage des galions espagnols, lesquels sillonaient les flots chargés d’or et d’argent du continent latino-américain.

Ils utilisaient aussi l’archipel pour se ravitailler en viande de tortue, celles-ci pouvant survivre longtemps sans eau ni nourriture, et constituant de ce fait de parfaites réserves de viande sur pattes, qu’ils stockaient sur leurs bateaux. Par conséquent, la première carte de navigation de l’archipel fût dessinée par William Ambrose Cowley en 1684. Il donna aux îles les noms de ses amis pirates, ainsi que ceux de nobles anglais qui soutenaient les corsaires.

Les plus célèbres boucaniers des Galapagos furent les anglais Francis Drake et Richard Hawkins, ainsi que le hollandais Jacob L’Hermite Clerk. Ceux-ci étaient employés par les couronnes européennes, notamment anglaises, françaises et espagnoles, pour destabiliser et réduire l’influence des autres puissances en lice dans la course à la colonisation et au pillage des ressources latino-américaines.

Sur l’île de Floreana, vous pourrez visiter un surprenant vestige de cette époque. En effet, s’y trouve un bureau de poste très particulier : posé par les pirates et les chasseurs de baleines du XVIIIe siècle, un tonneau de bois recueillait les correspondances de ces derniers, et les bateaux qui passaient par là emportaient les lettres qu’ils pouvaient acheminer. Selon certains, la tradition continue de nos jours ! Alors pour les curieux, il est toujours possible de tenter un envoi de carte postale à l’ancienne !

Les premières tentatives de colonisation

Par la suite, les premiers colons à habiter l’archipel seront des anglais, qui s’installeront au cours du XVIIe siècle. Attirés par la faune et la flore suprenantes des Galapagos, ils sont également nombreux à y venir dans le but de tirer profit de la graisse de cachalot.

L’irlandais Patrick Watkins est le premier colon dont le nom est resté dans l’histoire. On sait peu de sa vie avant d’arriver sur l’archipel, excepté qu’il fût abandonné sur l’île Floreana en 1807. Il vécut ensuite à l’état sauvage pendant deux ans, cultivant des légumes sur un petit terrain valloné. Il est connu pour avoir réussi à survivre en capturant des marins qu’il faisait travailler à son compte, et pour avoir des années durant troqué des légumes contre du rhum avec les bateaux de passage. Selon la légende, il serait parvenu à se maintenir ivre durant la majorité du temps qu’il passa sur Floreana.

Parmi les visiteurs célèbres au XIX ème siècle, il faut également mentionner Herman Melville,  auteur de Moby Dick, qui fera une évocation poétique des Galapagos dans son recueil Contes de la Véranda (1856).

Annexion de l’archipel par l’Equateur et pénitenciers flottants

Le XIXe siècle voit aussi la naissance de la « Société Colonisatrice de l’Archipel des Galapagos » , et en 1832, l’Equateur annexe l’archipel , le nommant à l’époque « Archipel de l’Equateur ». Son premier gouverneur, le général José de Villamil, envoie des prisonniers sur l’île de Floreana afin d’établir des premières colonies de peuplement. Ceux-ci  étaient en réalité des soldats rebelles qui avaient été faits prisonniers suite à un coup d’Etat manqué. Ils sont ensuite rejoints par des artisans et des agriculteurs.

Le premier propriétaire de terres aux Galapagos, Manuel Cobos, arrive en 1866 à San Cristobal. Il fonde une colonie qu’il appelle « Le Progrès » et commence à cultiver la canne à sucre et le café. Grâce au riche sous-sol volcanique de l’île, ses plantations sont florrissantes, et le gouvernement équatorien commence à obliger des prisonniers à aller travailler la terre de « l’Empire Cobos ». Connu pour être très rude avec ses travailleurs, celui-ci fût assassiné par des travailleurs rebelles en 1904. Aujourd’hui encore, San Cristobal a un quartier appelé « Le Progrès ».

Comme de nombreuses îles isolées de par le monde, les Galapagos serviront aussi de prison en bonne et due forme. Ainsi, un pénitencier est installé à Isabela à la fin du XIX ème siècle, et plusieurs autres lieux de l’archipel serviront le même but. Après une révolte en 1958, la prison d’Isabela ferme ses portes l’année suivante.

Des colons européens excentriques aux Galapagos

Au XXe siècle, attirés par les flatteuses descriptions des journaux de l’époque sur les eaux abondantes en poissons des Galapagos, plusieurs milliers de norvégiens viendront également dans l’idée de produire des conserves de poisson. Cependant, n’étant pas habitués à cet environnement rude, nombre d’entre eux seraient morts sur place dès la première année. Le reste se serait converti à l’agriculture pour survivre.

Dans le même temps, les Galapagos voient aussi débarquer des explorateurs occidentaux, que l’on pourrait presque qualifier de précurseurs du mouvement hippie. En provenance d’Europe et des Etats Unis, ces amateurs du « retour à la nature » ne font pas plus long feu que les précédents arrivants.

L’intriguante affaire de la Baronne Eloise von Wagner 

Dans les années 1930, un curieux personnage arrive sur Floreana : Eloise von Wagner, une autrichienne qui s’auto-proclama Baronne, et vécut plusieurs années sur l’île avec ses deux amants. Elle entreprenait alors de construire un grand hôtel, qui devait s’appeler l’Hacienda Paradiso.

Une sombre et mystérieuse histoire entre ces personnages et d’autres habitants de l’île, allemands, se solda par la trois morts et deux disparitions.

Leur histoire fût narrée par le film documentaire « L’affaire Galapagos : Satán vint à l’Eden », réalisé par le couple californien Dayna Goldfine et Dan Geller. En 1934, le cinéaste Emery Johnson avait également relaté cette histoire dans un court film muet de 4 minutes, utilisant des images réelles filmées par Johnson et son équipe.

Au XX ème siècle, les premières colonies « pérennes »

C’est seulement dans les années 1930 que s’établiront des lieux de vie humains durables sur l’archipel. A la fin des années 50, l’Institut équatorien de réforme agraire et de colonisation organise carrément des répartitions de terres pour les colons équatoriens volontaires. Ainsi, des paysans venus surtout des provinces andines colonisent les zones agricoles de Santa Cruz, San Cristobal et Isabela.

Aujourd’hui, l’archipel compte 25.000 habitants, et sa population est en expansion, malgré les restrictions posées par le gouvernement en vertu des impératifs de conservation de l’écosystème des Galapagos.

VOUS OUBLIEZ VOTRE CADEAU !

Votre Guide avec les meilleurs conseils de voyage (Galapagos, Amazonie, Andes ...)

 

pour bien préparer votre voyage !

Zéro spam, votre adresse mail est en sécurité.

Recevoir gratuitement le

GUIDE DE VOYAGE 

Indispensable pour avoir les meilleurs conseils de voyage (Galapagos, Amazonie, Andes ...)

... et bien préparer votre voyage

Zéro spam, votre adresse mail est en sécurité.

Bonjour je suis Philippe Cavé,

le directeur de l'agence CapacÑan.

 

Vous pouvez me contacter par whatsapp 

 

 

 

Zéro spam, votre adresse mail est en sécurité.

En attendant je vous invite à recevoir par mail le guide de voyage offert, pour avoir les meilleurs conseils de voyage (Galapagos, Amazonie, Andes ...)

... et bien préparer votre voyage

(00 593 9) 9771 1383