Cuenca occupe une place à part dans le paysage urbain équatorien. Certes c’est une grande ville, la troisième d’Equateur avec une population dépassant les 500 000 habitants, mais c’est une ville où l’on se sent très vite bien, à l’aise. Son centre-ville ancien classé depuis 1999 au patrimoine mondial de l’UNESCO n’est sans doute pas étranger à ce sentiment de bien-être. La présence de nombreuses pâtisseries en ville doit plaire à notre sensibilité également.

Située sur la route Panaméricaine, à 2 500 mètres d’altitude, en plein dans ce qu’on appelle la Sierra du Sud de l’Equateur, la capitale de la Province d’Azuay bénéficie d’un climat clément toute l’année.

La ville a tout pour attirer le voyageur : son architecture coloniale élégante, des musées de qualité, des artisans perpétuant les traditions ancestrales, des marchés de producteurs…

Séjour en Equateur

 

A visiter à Cuenca

  • Eglises, Places et Marchés

    • Place Calderon
    • Iglesia del Sagrario
    • Cathédrale de la Inmaculada Concepcion
    • Place San Francisco
    • Marché aux fleurs
    • Eglise Carmen de la Asuncion
  • Les Musées et sites archéologiques

    • Museo del Banco Central et le Parque Arqueologico de Pumapungo
    • Tomebamba, ruines de village inca
    • Musée d’Art Moderne de Cuenca
    • Musée des Cultures Aborigènes
    • Museo de las Conceptas
    • El Museo del Sombrero
    • Art de la Rue
    • Parque de la Madre
  • En dehors de la ville

    • Gualaceo
    • Las Cajas
    • Ingapirca
  • Informations pratiques

 

Un peu d’histoire

Nous sommes ici à 450 kilomètres au sud de la capitale.

Le site fut successivement occupé par différentes civilisations jusque les Cañaris, grande civilisation qui s’est développée des années 500 à 1 500. Cette occupation du site depuis des temps reculés s’explique par la présence partout de l’eau ici. Cuenca est littéralement traversée ou entourée de rivières.

Ce sont ces derniers Cañaris qui seront soumis aux Incas de Tupac Yupanqui lors des guerres d’expansion vers 1470.

Comme pour d’autres population, par exemple le Pérou, les Cañaris, pensant se libérer des Incas s’allieront aux Espagnols de Pizzaro contre les Incas, aidant à la précipitation de la chute de l’empire Inca.

La ville coloniale de Cuenca sera créée sous le nom de Santa Ana de los rios, en hommage à la ville de Cuenca en Espagne, en 1557 par Gil Ramirez Davalos.

 

Info insolite

Lorsque vous arrivez à Cuenca, ce qui frappe, comparé à Quito par exemple, c’est que les maisons sont terminées. Je m’explique : aux alentours de Quito, de nombreuses maisons sont conservées un temps infini à l’état brut, briques rouges apparentes. On m’avait expliqué que c’était pour des raisons fiscales que l’on ne terminait pas les maisons. Maison inachevée revient à ne pas payer de taxe. A Cuenca, ce phénomène est nettement moins marqué.

 

 

Visiter Cuenca – nos coups de coeur

A Cuenca et dans ses environs, on a le choix entre de nombreuses visites et activités. Nous allons vous aider à y voir un peu plus clair par une petite sélection personnelle.

 

Place Calderon ou Plaza de Armas

Commençons par le centre de la ville, c’est toujours le plus simple dans une ville d’Amérique latine non ?

Cuenca compte avec une originalité intéressante. En effet, ce n’est pas une mais deux cathédrales que l’on peut ici admirer. Elles se font face sur cette très belle place.

 

Iglesia del Sagrario

La « vieille » cathédrale, ou Iglesia del Sagrario, date des premières années coloniales et fut, comme souvent dans les villes colonisées, construite grâce à des pierres récupérées suite à la destruction d’édifices incas. Son style est éminemment reconnaissable. On dirait plus une très belle basilique de par ses dimensions qu’une imposante cathédrale.

Elle a été transformée en musée. On y admire de beaux retables et de belles peintures religieuses.

 

Cathédrale de la Inmaculada Concepcion

La « nouvelle » cathédrale, ou Catedral de la Inmaculada Concepcion, a été érigée à la fin du 19ième siècle. Les dimensions ici sont nettement plus impressionnantes malgré des tours tronquées suite à une erreur de calcul de l’architecte qui préféra ne pas les terminer. C’est l’une des plus grandes d’Amérique du Sud. L’intérieur de cette cathédrale est magnifiquement pourvu de marbre importé d’Italie, un autel doré à l’or fin, des vitraux superbement rénovés.

Si l’entrée de la cathédrale est gratuite, on peut moyennant 1 dollar par personne grimper les quelques 150 marches de l’escalier pour atteindre les toits avec bien entendu à la clé une très belle vue sur la ville rouge, couleur des briques. On voit aussi les coupoles bleues de la cathédrale qui culminent à quelque 50 mètres de hauteur.

On pourra enfin en demandant au gardien et une nouvelle petite rétribution, l’autorisation d’aller visiter la très grande crypte. On ressort de la cathédrale avant de descendre les escaliers sur le côté. La surface de la crypte est imposante. La lumière s’allume à mesure de votre avancée dans les espaces sous-terrains.

 

 

Cuenca, une ville qui sait se mettre en valeur

Après les cathédrales, vous pourrez en empruntant sur le côté de la cathédrale la rue Mariscal Sucre aller jusqu’au marché aux fleurs devant cette église immaculée, quel contraste, et même un peu plus loin flâner et peut-être rapporter un souvenir de la place San Francisco avec de l’artisanat en provenance de la fameuse ville d’Otavalo, au nord du pays, réputée de longue date pour ses ouvrages textiles.

On découvre Cuenca en la parcourant, en s’y perdant. Les promenades le long des rivières est une alternative très calme.

Vous aurez sans doute aussi loisir et plaisir d’admirer la ville la nuit lors de visites nocturnes de la ville. Les rues de Cuenca sont très bien éclairées, mettant parfaitement en valeur le patrimoine de la ville.

Outre ces deux édifices majeurs de la place centrale de la ville, vous pouvez, toujours dans le style religieux cher à ces villes coloniales espagnoles poursuivre avec l’Eglise Carmen de la Asuncion, l’une des plus anciennes de la ville. Belle façade décorée.

 

Les Musées de la ville

Cuenca montre clairement ses prétentions en matière de ville d’arts et d’artisans par la présence de plusieurs Musées de dimension nationale.

 

Museo del Banco Central et le Parque Arqueologico de Pumapungo

Ce musée a été construit sur les ruines d’un site inca résultat de l’arrivée des espagnols certes, mais aussi de la guerre de succession de l’inca Huayna Capac entre ses deux fils.

Le musée renferme l’histoire ethnographique du pays. La partie avec les réducteurs de têtes ne manquera pas d’alimenter l’imagination des jeunes visiteurs.

Vous avez également accès au site Tomebamba, ruines du village inca. La partie jardins avec ses terrasses et ses systèmes d’irrigation est vraiment fascinante. On peut en outre observer, cela plaît bien aux enfants, des animaux tels que toucans, lamas.

 

Musée d’Art Moderne de Cuenca

Situé sur la très jolie Place San Sebastian, ce lieu qui a servi de monastère, de maison pour indigents et sans doute de prison abrite le musée actuellement.

Si elle n’est pas des plus importantes, on y admire une belle collection de peintures et sculptures équatoriennes et sud-américaines.

Ce n’est pas qu’un musée, l’endroit abrite des expositions temporaires, il est un lieu de rencontres d’artistes, un lieu qui vit. On trouve aussi un très beau jardin pour la balade.

 

Musée des cultures Aborigènes

Très belle collection privée de pièces archéologiques, des céramiques, coquillages retraçant l’histoire de nombreuses cultures pré-incas telles Valdivia, Cañaris…

 

Enfin, si la vie monastique vous intéresse, ne loupez pas le très bon Museo de las Conceptas qui propose au visiteur de pousser la porte d’un monastère pour en découvrir le quotidien et quelques œuvres religieuses.

 

Le chapeau nommé Panama ne vient pas de Panama, ehhh non !

Le fameux chapeau, rendu célèbre par Bogart ou d’autres personnalités nord-américaines n’est pas originaire du Port de Panama, d’où en fait il n’était que simplement embarqué ou expédié, mais bien de l’Equateur et la région de Cuenca. Vous trouverez dans d’autres région et même jusqu’au Pérou des méthodes de travail similaires mais le vrai Panama, on vous le dira, il vient de là.

Outre le Museo del Sombrero, lors de votre séjour à Cuenca, ne manquez pas de visiter une des fabriques de chapeaux Panama de la ville.

Vous avez par exemple, il y en a d’autres, la maison Homero Ortega, une institution ici, à Cuenca. Cette fabrique existe depuis quelques 120 ans maintenant.

Vous visiterez le musée de la Maison avant d’éventuellement visiter la fabrique sur rendez-vous et en semaine bien entendu. Vous découvrirez la méthode de fabrication de ces chapeaux, qui utilise tout d’abord une « paja » ou lanière bien particulière que l’on récolte de la feuille d’un palmier bien spécifique.

 

Art de la rue

Cuenca est une ville avec de nombreux artistes, on le sait. Cela s’exprime également dans la rue. On remarque lors de balades hors du centre historique bien-sûr, des fresques sur les murs, des mosaïques. Rien de sauvage, non, tout semble bien organisé, structuré pour accueillir cet art de rue. C’est très beau.

N’oubliez pas de balader sur les promenades le long des rivières qui traversent la ville. Si vous avez des enfants, n’hésitez pas à vous arrêter au Parc de la Madre. Vous pourrez vous poser sur un banc et laisser vos rejetons se défouler avec les autres enfants sur de petites tyroliennes ou autres balançoires.

Balader dans les rues de Cuenca est toujours l’occasion de croiser beaucoup de couleurs, tant dans les boutiques d’artisanat ou de chapeaux que sur les vêtements des habitants.

 

La gastronomie à Cuenca

Si vous fréquentez les petits restaurants traditionnels, vous n’échapperez pas au « chancho hornado », cochon cuit sur la broche et que l’on vous expose sur les bords de route.

Cuenca est, comme tous les villages alentour, située dans les Andes. Vous trouverez ici bien sûr le fameux cochon d’inde rôti, le « cuy ».

Vous pourrez aller visiter le marché de fruits et légumes de Paute, très réputé le dimanche. On y apprécie une nouvelle fois un excellent cochon à la broche, avec une peau croustillante à souhait.

Je l’ai rapidement évoqué, mais une nouvelle fois je signalerai la multitude de pâtisseries dans Cuenca. Nombreux sont les endroits et occasions pour apprécier une pause gourmande dans l’un des nombreux cafés de la ville. Certains comptent avec des cours intérieures très agréables.

 

Les Environs de Cuenca

L’artisanat

Laissez-vous tenter du côté de Gualaceo par la visite de la maison d’un artisan qui vous enseignera comme on tisse ici ou encore comment on crée des pigments naturels afin de teindre ses propres créations. Très instructif et les produits tels que des châles par exemple sont d’une qualité que l’on rencontre rarement.

 

Parc National Las Cajas

Même si l’on est un peu à l’écart de Cuenca, on ne peut pas ne pas parler de ce site naturel extraordinaire qu’est le Parc National de Cajas, l’un des sites naturels les plus remarquables et beaux de l’Equateur.

Oui, Cuenca n’est pas qu’une halte culturelle, il y a la place pour des excursions pour les amoureux de nature. Et quelle place !

Pensez donc, à une heure environ à l’ouest de Cuenca, en direction de Guayaquil, des milliers d’hectares de nature : plus de 200 lacs, de nombreuses espèces d’oiseaux, des lamas, des alpagas, une ambiance incroyable les jours de brume.

N’oubliez pas l’altitude : on dépasse ici les 4 000 voire les 4 200 m. Ne vous lancez pas à la légère. Le temps change rapidement, la température aussi. Pour les moins vaillants, évitez les mois les plus pluvieux que sont mars, avril et octobre.

 

Ingapirca

Ce complexe Inca du 15ème et 16ème siècle se trouve à deux heures de Cuenca. Il est le plus grand site archéologique Inca-Canari en Equateur et en même temps le site le mieux préservé du pays !

On pense qu’il s’agit d’une forteresse avec un rôle militaire stratégique, mais surtout d’un lieu religieux, alors qu’on y trouve un temple du soleil. Sur place, vous voyez aussi les ruines de Pila Loma, où vous admirez la technique de construction Inca, où les pierres s’emboîtent parfaitement (comme à Cusco) et tiennent sans aucun ciment.

 

 

 

Informations pratiques

Arriver en Equateur

La plupart de vols pour l’Equateur font escale, soit à Amsterdam, soit à Madrid. Il faut compter entre 15 et 18 heures de vol au total.

Théoriquement, à partir du mois de mai 2019, la compagnie low-cost d’Air France, Joon, devra mettre en place un vol Paris – Quito direct trois fois par semaine entre mai et octobre 2019. Du coup, la durée de vol ne sera plus que 11 heures en moyenne.

 

Arriver à Cuenca

Par avion

On peut prendre l’avion Quito-Cuenca, l’aéroport de Cuenca est encore très proche du Centre-ville.

Par bus

Sinon, vous pouvez de Quito et son terminal de bus Sud rejoindre Cuenca et son terminal terrestre situé juste à côté de l’aéroport Mariscal Lamar. Le trajet Quito – Cuenca en Bus dure 9 heures environ, temps de pause déjeuner comprise.

La route est spectaculaire, avec la vue sur les volcans au départ de la capitale, puis les variations d’altitudes sur le chemin, on dépasse 4.000 mètres parfois. Estomacs fragiles ou si vous êtes sensibles aux transports ou virages, réfléchissez bien pour vous décider. Mais les paysages andins traversés sont absolument splendides.

 

Environnement et climat

La meilleure saison pour voyager à Cuenca est entre juin et septembre, la saison sèche dans les Andes. La température moyenne est d’environ 16°C en juillet, vu que c’est la saison d’hiver et il y fait plus froid qu’en été 🙂

Entre juin et septembre vous devriez avoir du beau temps pendant la journée, mais il peut y avoir du vent. Pensez au chapeau et crème solaire, à cette altitude le soleil est très fort dès qu’il sort.

 

Altitude / Problèmes de Soroche

Pour vous acclimater à l’altitude, il faut vous ménager en arrivant, ne pas faire du sport, marcher lentement, manger léger, boire beaucoup, mais pas d’alcool.

 

Saisons

Sachez qu’on ne distingue que la saison sèche de juin à septembre (donc seulement 4 mois) et la saison des pluies entre octobre et mai, 8 mois.

 

Monnaie

A Quito comme dans tout l’Equateur, on utilise le US Dollar depuis l’an 2000. Il n’est pas facile de changer des Euros, prévoyez donc des espèces en US Dollars ou de retirer de l’argent aux ATM ou distributeurs de billets, à Quito (moins nombreux en dehors).

 

Visa

Pour un séjour de moins de 3 mois, vous n’avez pas besoin d’un visa. Votre passeport, encore valable au moins 6 mois après votre retour, suffira pour entrer en Equateur.

 

Vaccins

Côté vaccin soyez à jour avec les vaccins universels : DTCP, hépatite B. Le vaccin contre l’hépatite A est fortement recommandée.

Si vous prévoyez de faire un séjour prolongé en Amazonie, il faut faire le vaccin contre la fièvre jaune (pas besoin sur les côtes et dans les Andes).

 

Décalage horaire

Entre l’Equateur et la France il y a 7 heures de différence pendant que la France est en heure d’été. Pendant l’heure d’hiver en France, il y a 6 heures de différence.

Par exemple, en heure d’été en France, quand il est 10 heures du matin en France, il n’est que 3 heures du matin en Equateur.

VOUS OUBLIEZ VOTRE CADEAU !

Votre Guide avec les meilleurs conseils de voyage (Galapagos, Amazonie, Andes ...)

 

pour bien préparer votre voyage !

Zéro spam, votre adresse mail est en sécurité.

Recevoir gratuitement le

GUIDE DE VOYAGE 

Indispensable pour avoir les meilleurs conseils de voyage (Galapagos, Amazonie, Andes ...)

... et bien préparer votre voyage

Zéro spam, votre adresse mail est en sécurité.

Bonjour je suis Philippe Cavé,

le directeur de l'agence CapacÑan.

 

Vous pouvez me contacter par whatsapp 

 

 

 

Zéro spam, votre adresse mail est en sécurité.

En attendant je vous invite à recevoir par mail le guide de voyage offert, pour avoir les meilleurs conseils de voyage (Galapagos, Amazonie, Andes ...)

... et bien préparer votre voyage

(00 593 9) 9771 1383