L’Equateur, un grand pays de tradition de fêtes et célébrations

L’Equateur est certes un pays connu pour son Histoire, ses civilisations anciennes, l’occupation Inca.

Il l’est tout autant sinon plus pour la diversité de sa nature, citons juste même si cela semble trop réducteur, l’appartenance des Galapagos à l’Equateur ou encore un territoire amazonien conséquent. L’Equateur est également un terrain d’observation privilégié en matière d’ornithologie, terminant régulièrement dans les tout premiers des classements mondiaux, malgré la relative petite taille de son pays.

Mais, outre ces attractions qui motivent sans doute vos visites dans ce très beau pays, il est bien un domaine où l’Equateur est passé maître au fil du temps : la fête.

 

Un calendrier festif bien rempli

Il ne se passe en effet pas une fin de semaine sans fête ou défilé en Equateur.

Découvrir un pays, une culture c’est aussi apprécier la façon qu’ont les gens de s’amuser. Les fêtes donnent un éclairage tout particulier des coutumes des Equatoriens. Tout le long de l’année, l’Equateur ne manque pas de distractions pour ceux qui viennent le visiter. Des événements culturels, religieux ou des festivals en tous genres, vous trouverez à n’en point douter festivité à votre goût.

Comme 90 % des Equatoriens pratiquent la religion catholique, il n’est pas étonnant que beaucoup de célébrations suivent le calendrier liturgique et que les fêtes reposent sur des événements religieux.

Mais outre ces fêtes en rapport avec la religion qu’ont apporté les colons espagnols, les Equatoriens ont toujours quelque chose à célébrer en rapport avec une tradition ancestrale ou encore un moment de l’histoire du pays.

Pas d’inquiétude par conséquent : vous trouverez sans doute une belle fête proche de là où vous vous trouvez.

Dans la partie que l’on nomme la « Sierra », dans les montagnes des Andes donc, les festivités sont très originales. On y observe l’influence de traditions anciennes donnant à ces fêtes un air de fusion entre plusieurs cultures.

 

Les Fêtes d’interprétation religieuses

Le Carnaval qui précède le Carême

Février est le mois du Carnaval : si le carnaval connait ses origines dans les traditions catholiques, il s’achève normalement avec le début du Carême, ces festivités ont connu en Equateur des enrichissements culturels grâce à l’interaction avec les traditions amérindiennes. On a, selon les régions, fait coïncider le carnaval avec des fêtes traditionnelles correspondant aux cycles de la nature ou des récoltes.

Durant les quelques jours que dure le Carnaval, l’esprit de fête s’empare de la population : on se déguise, on défile, on danse dans la rue, on chante, on se réunit en famille.

Le Carnaval : un événement qui mélange locaux et touristes.

Nous citerons un exemple de Carnaval très connu en Equateur, celui de Guaranda dans la région Bolivar. Nous sommes sur la carte à peu près à mi-chemin entre Cuenca et Quito, un peu à l’écart de la Panaméricaine à hauteur de Riobamba.

Chaque année on assiste à l’élection de la reine et du « Taita » (mot andin pour papa) du bal, défilés de chars, des batailles d’eau, de farine, d’œufs… personne n’y échappe.

Dans la tradition chamanique, les chefs de tribu ou descendants de dieux devaient imiter la blancheur des nuages. D’où l’origine des jeux avec la farine (ou du talc) sur la figure lors des défilés.

Autre carnaval, celui d’Ambato, dans la province de Tungurahua, également dans la partie centrale de l’Equateur. Moins de jeux d’eau ici, on fait ici coïncider le carnaval avec un fête traditionnelle dédiée aux fleurs et aux fruits.

A Ambato, des milliers de touristes affluent pour voir des expositions culturelles, des ferias artisanales, défilés de nuit, des fêtes et des corridas.

Enfin nous citerons le carnaval de Coangue, en el Chota, Province de Imbabura, dans le nord de l’Equateur. On parle ici d’un festival de musique et de danse sur les bords de la rivière Chota. On y rencontre des groupes de musique locaux, on y admire de l’artisanat, on déguste la gastronomie de la région. Ce carnaval implique quelques 38 communautés et les gens affluent pour apprécier cet événement ethno-culturel.

 

Les célébrations de la « Semaine Sainte » à Pâques

Sans doute l’une des fêtes majeures en Equateur.

Si pour nous, la célébration de Pâques qui se déroule chaque année fin-mars, début-avril, se limite le plus souvent à un week-end prolongé, en Equateur on parle de « semana santa » ou semaine sainte.

Selon la région, les fêtes de Pâques peuvent connaître quelques variantes, mais tout en respectant le calendrier liturgique.
Entre le dimanche des Rameaux et celui de Pâques, beaucoup de célébrations, de recueillement. On assiste à des processions tous les jours. Les commerces ferment généralement les samedis et les plages du pays sont envahies de visiteurs. Certains défilés comme celui de Quito pour le vendredi saint, sont célèbres.

Nous pouvons citer également le défilé qui se déroule le mardi de la semaine à Riobamba -Chimborazo, celui du Seigneur del Buen Suceso, qui peut se traduire par succès ou réussite. L’image de ce seigneur fut sauvée des décombres de l’église de Riobamba suite au tremblement de terre de février 1797. Il est le saint patron de la ville et la procession est suivi de personnes déguisées en apôtres, soldats romains et protégée par des policiers.

La semaine s’achève dans la dévotion avec la Messe de Gloire le dimanche de la résurrection.

Où que vous soyez, vous assisterez sans doute à des événements en rapport avec l’événement. Les conseils durant ces semaines religieuses sont tout d’abord de bien prévoir les délais supplémentaires pour se rendre d’un point à un autre.

Sans omettre de préciser que les circulations dans les centres villes peuvent être très sérieusement perturbés selon où se déroulent les défilés. Agoraphobes s’abstenir ! Pour les autres, curieux, fêtards, croyants… bienvenus, mais attention à bien vous organiser.

 

Les Fêtes de la Vierge Marie

Autre célébration intense dans le calendrier, le 15 août célèbre l’assomption, ou montée de Marie mère de Jésus au ciel avec son corps et son âme, pour se rapprocher de Dieu. Les fêtes consacrées à la Vierge Marie sont toujours des fêtes majeures dans les pays d’Amérique du Sud.

Le 15 août donne lieu à des processions très pieuses. Dans le sud du pays, je citerai l’extraordinaire procession qui ne mesure pas moins de 70 kilomètres au cours de laquelle les pèlerins accompagnent la Virgen del Cisne, nom du village de départ, jusqu’à la ville de Loja. Au programme, ferveur, mais aussi fête, combats de coqs et courses de chevaux.

 

La célébration des morts

La Toussaint est un moment également important dans l’année. Lors du « dia de los muertos » qui se déroule l e 2 novembre, on va se recueillir sur les tombes des défunts, on prie. Ce jour-là on boit de la « colada morada », une boisson sucrée à base de maïs noir. Excellente boisson énergisante que vous pouvez apprécier à d’autres moments également.

 

 

Des fêtes qui reposent davantage sur des traditions ancestrales

D’autres dates constituent une sorte de rencontre entre célébrations du calendrier religieux et celles de divinités ou croyances antérieures.

Je citerai par exemple les fêtes de la Saint-Jean le 24 juin autour d’Otavalo, au nord de Quito, qui précèdent celles de Saint-Pierre et Paul le 29 juin.

Si sur le calendrier actuel, on célèbrera les fêtes de la Saint-Jean, ces Saints catholiques voient coïncider les dates de leur célébration avec des fêtes bien antérieurs.

En effet, à cette période de l’année, on célèbre également le solstice d’été, comme le faisaient auparavant les Incas lors de leur Inti Raymi. Cette célébration des solstices date même encore de bien avant les Incas semble-t-il.

On célèbre au cours de ces fêtes le Dieu soleil, sa bonté envers la nature et son influence sur les bonnes récoltes.

A Otavalo, ville que l’on connait pour ses tissus et marchés colorés, ces célébrations durent plusieurs jours. Outre le bain rituel à Peguche auquel participent de nombreuses personnes venues de tout le pays pour se purifier pour l’année à venir, on fait la fête.

De nombreuses fêtes, beaucoup d’alcool, des scènes assez surréalistes. Lors de la dernière soirée, les participants, singulièrement éméchés, se lancent dans une bagarre sur la place de la ville.

Prenez vos précautions afin de ne pas être pris dans ce genre de délire qui peut parfois déraper. A la fin, bien-sûr, une messe dans les costumes traditionnels. Une date majeure des festivités équatoriennes.

A la mi-juin, dans la ville de Pujili, Province de Cotopaxi à 4 heures de route au sud de Quito, se déroulent les célébrations du Corpus christi. On y vient célébrer et remercier la Terre, Pachamama, pour les récoltes de maïs. Des dizaines de milliers de personnes de tous horizons, et même de pays voisins, viennent assister à cette fête. Cette dernière, au centre de laquelle on trouve un personnage, le « danzante » est classée depuis 2014 au patrimoine mondial immatériel de l’UNESCO.

Cette fête est célébrée dans tout le pays en réalité et les festivités peuvent durer jusque 7 jours comme à Cuenca, avec des feux d’artifice, des danses et autres défilés.

Autre fête célébrée à Otavalo, originaire du quartier Montserrat, la Fiesta del Yamor remercie la terre mère ou Pacha mama ainsi que la patronne de la ville, Maria Montserrat des bonnes récoltes de maïs. Cette fête se déroule fin août – début septembre.

 

Des fêtes reconnues par un classement au patrimoine

Dans la Sierra, les Andes, d’autres fêtes importantes se déroulent notamment en septembre et novembre à Latacunga, avec les Mama Negra.

Au cours de cette fête, dont l’origine remonte à l’époque de la conquête, les hommes se vêtissent en femmes et se teignent de noir.

Cette cérémonie célébrant la Virgen de la Mercedes, la « Mama negra » constitue bien encore une fois une fusion entre les cultures hispano et indigènes.

Elle est classée depuis 2005 au Patrimoine immatériel en Equateur.

 

Les fêtes célébrant et magnifiant l’Histoire de l’Equateur

Le 12 février, on fête la découverte de l’Amazonie en 1542. On y boit la chicha, boisson alcoolisée et on y danse.

Comme vous ne manquerez pas de vous rendre à la magnifique ville de Cuenca, si vous vous trouvez là-bas au mois d’avril, sachez qu’on y célèbre la date de sa fondation avec des fêtes autour du 12 avril avec danses, défilés, nourriture et boisson en abondance.

Autre fête nationale, celle de la célébration de la plus célèbre bataille qui eut lieu lors de la guerre d’indépendance contre l’occupant espagnol. La date est le 24 mai 1822. A cette date, le général Sucre bat les Espagnols lors de la bataille de Pichincha. L’audiencia Real de Quito, sous la direction de Simon Bolivar rejoint alors la Colombie, Panama et le Venezuela dans la Grande Colombie.

On célèbre comme un peu partout dans les pays andins où il représente un symbole de lutte contre le colonisateur espagnole, l’anniversaire de la naissance du « libérateur » Simon Bolivar. Né au Venezuela le 24 juillet 1783, Simon Bolivar était un anti-impérialiste et a participé à l’indépendance de l’Equateur. Encore une occasion de faire la fête, de danser, assister à des conférences, des représentations théâtrales… une date où l’on aime exposer la diversité de la culture andine.

La fin du mois de Juillet est très occupée du côté de la côte et de Guayaquil. La deuxième ville d’Equateur fête en effet sa fondation le 25 juillet. Or, la veille, le 24 juillet, c’est la fête nationale Equatorienne. Ce jour-là, l’activité est au ralenti, on danse et on fait la fête.

Le 10 août est le jour de la fête nationale équatorienne, destiné à célébrer l’indépendance de Quito, obtenue en 1809.

Il est impératif de se renseigner sur les festivités des villes que vous traverserez lors de votre voyage. Il y a vraiment des fêtes tout le temps en Equateur.

Guayaquil célèbre son indépendance le 9 octobre avec des fêtes et danses toujours très mémorables.

 

Des fêtes de fin d’année mêlant la dévotion religieuse et un sens prononcé pour la fête

Bien-sûr si vous décidez de vous rendre en Equateur au mois de décembre, ne manquez pas les festivités organisées durant le mois.

Si vous longez la ligne des volcans, vous passerez sans doute par la ville connue de Baños. Le 16 décembre, la ville se pare de danse, concerts et on boit et on mange.

La capitale Quito n’est pas en reste lors des fêtes du mois de décembre. Dès le début du mois, on y assiste à des concerts, corridas et autres événements de rue. Le 6 décembre célèbre en effet la création de Quito par le conquistador espagnol Benalcazar. C’était en 1534.

Noël donne lieu à des événements incroyablement variés à travers le pays. Noël, c’est d’abord un événement familial. On se retrouve à cette occasion, même si on habite loin les uns des autres. C’est l’occasion de déguster des plats traditionnels qui varient selon que l’on soit sur la côte, la Sierra, les Galapagos ou encore l’Amazonie.

La veille de Noël, le 24 décembre à Cuenca est organisé dès le matin un défilé d’enfants dans les rues de la ville. Des milliers d’enfants accompagnés de leurs parents partis des quartiers ouest de la ville convergent vers le Parque Calderon, place principale de la ville, exposant des danses, costumes traditionnels très impressionnant.

Les fêtes de fin d’année en Equateur sont vraiment originales. On commence à festoyer dès le 28 décembre. On voit sur les bords des routes des mannequins grandeur nature, certains représentant des héros des derniers films à la mode. A quoi servent-ils ?

Célébrations du 31 décembre : lors du changement d’année, on rencontre les mannequins remplis de vêtements que l’on brûle un peu partout dans les rues dès la fin de l’après-midi du 31 décembre. Ainsi on oublie l’année passée et on se tourne vers le futur et l’année à venir.

La température monte au sens propre comme au figuré ces jours-là.

 

Précautions si vous visitez l’Equateur à des dates coïncidant avec des événements festifs

  • Avant de partir pour l’Equateur, vérifiez si les dates correspondent à des fêtes nationales ou locales.
  • Il faut réserver par anticipation et s’armer de patience.
  • Nombre de commerces, banques peuvent être fermés et les attractions touristiques se retrouvent submergées de visiteurs lors des fêtes nationales.
  • De simples recommandations de prudence s’imposent lors de certaines fêtes. La boisson a tendance à couler à flot et les esprits s’échauffent. Parfois des bagarres éclatent, prenez quelques précautions élémentaires afin de ne pas être mêlés à ces échauffements d’humeur.
  • Profitez au maximum de l’esprit festif caractérisant le peuple équatorien, mais si possible sans en épouser certains excès.

VOUS OUBLIEZ VOTRE CADEAU !

Votre Guide avec les meilleurs conseils de voyage (Galapagos, Amazonie, Andes ...)

 

pour bien préparer votre voyage !

Zéro spam, votre adresse mail est en sécurité.

Recevoir gratuitement le

GUIDE DE VOYAGE 

Indispensable pour avoir les meilleurs conseils de voyage (Galapagos, Amazonie, Andes ...)

... et bien préparer votre voyage

Zéro spam, votre adresse mail est en sécurité.

Bonjour je suis Philippe Cavé,

le directeur de l'agence CapacÑan.

 

Vous pouvez me contacter par whatsapp 

 

 

 

Zéro spam, votre adresse mail est en sécurité.

En attendant je vous invite à recevoir par mail le guide de voyage offert, pour avoir les meilleurs conseils de voyage (Galapagos, Amazonie, Andes ...)

... et bien préparer votre voyage

(00 593 9) 9771 1383